Projeté dans le monde : vers une éthique de la sage-femme.

H
Auteur : DE GUNZBOURG Hélène
Établissement de soutenance : Université de Paris 12 Paris Est Créteil-Val de Marne, 2011
Pagination : Données textuelles

Thème : Famille

Mots-clés : Mère ; Naissance ; Sage-femme ; Relation enfant-mère ; Psychisme ;

Discipline : Philosophie

Directeur(s) : Folscheid, Dominique
Région de soutenance : Ile-de-France
Numéro national : 2011PEST0051
Url : http://www.theses.fr/2011PEST0051/document
Permalien Sudoc : http://www.sudoc.fr/162000766

Autres publications :
Naître mère : essai philosophique d'une sage-femme / Hélène de Gunzbourg. Paris : L'Harmattan, 2014. 266 p. (Coll. (Ouverture philosophique). ISBN 978-2-343-04437-8

Résumé : L'enfant de la natalité (Arendt) est libre, le monde s'ouvre à lui dès sa naissance : il peut commencer une nouvelle histoire, et donner sa chance à l'humanité.Mais le petit humain, prématuré dans sa forme même, est séparé brutalement de ses enveloppes, de son double placentaire, de l'utérus maternel. Il est jeté au mon-de (Heidegger) dans l'angoisse de sa finitude et s'il ne rencontrait dans l'instant même de sa naissance ses médiateurs humains, en premier lieu sa mère, il ne pourrait affronter le négatif, l'Autre, et ne survivrait pas.Pour que s'ouvre l'espace de la naissance, pour que la mère puisse accueillir son enfant à travers les épreuves de séparation, pour qu'elle puisse laisser venir la langue maternelle, et que puisse s'incarner l'esprit dans ce nouveau-venu, elle doit pouvoir rencontrer elle aussi les médiateurs de la naissance. Certains s'évanouissent après avoir permis ce passage d'un état à un autre, d'autres persistent sous la forme d'un double- protecteur ou menaçant-. Ils accompagnent chaque naissance et le commencement de toute vie humaine. Les mythes et les rites les reconnaissent dans toutes les cultures.Cependant la médecine technicienne contemporaine qui s'est emparée de la naissance redoute la séparation, le travail du négatif, et pratique le déni, celui de la grossesse, de l'autre femme, des médiateurs de la naissance. Elle s'appuie sur l'expertise technique et mathématique, sur l'imagerie et la statistique pour créer un double imaginaire de l'enfant, celui du projet de la science, immortel et par-fait, masqué par le projet parental.La sage-femme traverse ces espaces, elle connaît les médiateurs. Fille de la médecine mais aussi guérisseuse ou sorcière elle pratique la maïeutique, l'art d'accoucher les corps et leurs âmes. Son art est difficile, sa sagesse est indicible, elle passe d'un monde à l'autre au risque de disparaître, broyée par l'arraisonnement de la Technique triomphante, aspirée par la démesure du désir de l'homme qui voudrait se créer lui-même ou par la tentation des arrière-mondes qui la condamne à rester en marge dans l'ombre archaïque des mystères.

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0
0
Z