Application de la méthode d'évaluation en vie quotidienne (EMA) à l'étude du craving : influence des stimuli conditionnés et relation avec l'usage de substances.

H
Auteur : SERRE Fuschia
Établissement de soutenance : Université de Bordeaux 2 Victor Segalen, 2012
Pagination : Données textuelles

Thème : Toxicomanie-addiction

Mots-clés : Addiction ; Évaluation ; Vie quotidienne ; Besoin ;

Discipline : Psychologie

Directeur(s) : Auriacombe, Marc
Région de soutenance : Aquitaine
Numéro national : 2012BOR22010
Url : http://www.theses.fr/2012BOR22010/document
Permalien Sudoc : http://www.sudoc.fr/167034308

Résumé : Le craving est considéré comme une composante centrale de l'addiction, potentiellement impliquée dans les processus de rechute, et influencée par de nombreux facteurs. Les études ayant examiné le lien entre craving et rechute montrent cependant des résultats contradictoires. Ces divergences pourraient s'expliquer par les limites méthodologiques rencontrées pour évaluer le craving de façon rétrospective ou pour l'induire expérimentalement en laboratoire. La méthode EMA (Ecological Momentary Assessment) utilise des technologies mobiles afin d'évaluer les sujets dans leur environnement naturel et de récolter des données en temps réel. Cette approche est particulièrement intéressante pour étudier les fluctuations rapides du craving, capturer l'influence des variables environnementales, ainsi que pour examiner le lien prospectif entre plusieurs variables. L'objectif général de cette thèse était d'utiliser la méthode EMA afin d'examiner en vie quotidienne le craving, ses modérateurs, et son lien avec l'usage de substances chez des sujets dépendants débutant une prise en charge pour une addiction à une substance. L'analyse de la littérature révèle que la majorité des études EMA examinant le craving concerne le tabac et l'alcool, et que peu d'études ont examiné ce phénomène pour des substances illégales. La partie expérimentale de cette thèse a permis de 1) démontrer la faisabilité et la validité de la méthode EMA chez des sujets dépendants, quelle que soit la substance de dépendance (tabac, alcool, cannabis ou opiacés), 2) montrer un lien prospectif unidirectionnel entre l'intensité du craving et l'usage de substances pour les 4 groupes de substances, et 3) mettre en évidence une augmentation du craving face à des stimuli conditionnés (cues) rencontrés en vie quotidienne, augmentation d'autant plus importante qu'il s'agissait de cues individuels (personnels à chaque sujet). Cette étude démontre l'intérêt de la méthode EMA dans l'étude des addictions, souligne le rôle du craving dans les processus de rechute, et encourage le développement de protocoles d'extinction de la réactivité aux cues centrés sur des cues individuels propres à chaque sujet.

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0
0
Z