Étude longitudinale du fonctionnement des familles confrontées au cancer de la mère.

Auteur : DOMAISON Sophie
Établissement de soutenance : Université de Toulouse Jean Jaurès, 2012
Pagination : 1 vol. (347 p.)

Thème : Santé

Mots-clés : Cancer ; Femme ; Thérapie familiale ; Relation familiale ; Approche systémique ;

Discipline : Psychologie

Directeur(s) : Rogé, Bernadette et Sordes-Ader, Florence
Région de soutenance : Midi-Pyrénées
Numéro national : 2012TOU20135
Permalien Sudoc : http://www.sudoc.fr/170563618

Résumé : Toute pathologie grave, survenant chez un patient, menace et modifie l'équilibre de son groupe familial. L'objectif de cette étude est d'identifier l'impact du cancer du sein de la mère sur sa famille nucléaire, lorsque des enfants jeunes sont présents, grâce à l'évaluation longitudinale du fonctionnement familial, de la détresse psychologique et des stratégies d'adaptation, au travers du point de vue des différents membres du groupe : la mère malade, le père et l(es)'enfant(s). Méthode : 39 parents (23 mères et 16 pères), ont complété des auto-questionnaires et 22 enfants âgés de 6 à 12 ans, ont participé à des entretiens de recherche à quatre temps d'évaluation : lors de la 1ère (T1), de la 3ème (T2) et de la 5ème (T3) cure de chimiothérapie de la mère, ainsi que deux mois après la fin du traitement par chimiothérapie (T4). Résultats : Le fonctionnement familial perçu par les membres de la famille est typique et stable au cours du temps. Les conjoints perçoivent plus de difficultés au sein de la famille que les patientes et les enfants. L'évolution temporelle des variables met en évidence le T3 comme un moment de répit pour la famille nucléaire. Les niveaux de détresse psychologique exprimés sont non pathologiques, mais évoluent différemment selon la place du sujet dans la famille. Les femmes sont plus en détresse que leurs conjoints et leurs enfants et ont plus recours aux stratégies de coping centrées sur le problème et à la recherche de soutien social. Le niveau de dépression, d'hostilité et le recours aux stratégies de coping centrées sur l'émotion chez les mères expliquent leur perception du fonctionnement familial. À l'inverse, l'état psychologique et le mode d'adaptation des conjoints et des enfants n'influent pas sur leur perception du fonctionnement familial. Conclusion : Ces résultats montrent l'importance de combiner une méthodologie longitudinale qualitative et quantitative, afin de recueillir le point de vue de tous les membres de la famille et ainsi améliorer la compréhension de leur vécu face à la maladie de la mère.

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0
0
Z