Mobilité et chômage.

Auteur : ANTOUN Roger
Établissement de soutenance : Université de Paris 2 Panthéon-Assas, 2010
Pagination : 1 vol. (149 f.) ; 30 cm

Thème : Travail-formation-insertion

Mots-clés : Chômage ; Politique de l'emploi ; Logement ; Propriété ; Mobilité géographique ; Marché du travail ; Région ;

Discipline : Sciences économiques

Directeur(s) : Lehmann, Etienne
Région de soutenance : Ile-de-France
Numéro national : 2010PA020035
Permalien Sudoc : http://www.sudoc.fr/150078196

Résumé : Les sommets européens sur l'emploi soulignent que la réduction du chômage passe par une réforme de la politique nationale d'emploi. Plus d'un tiers du budget de l'Union européenne est consacré à sa politique régionale. Les politiques du logement européennes tendent à favoriser l'accès à la propriété immobilière. À première vue, ces observations semblent déconnectées. Le sont-elles vraiment ? L'objectif de la thèse est d'attirer l'attention des décideurs politiques aussi bien sur l'importance de la dimension géographique du chômage que sur l'interaction entre marchés du travail et du logement européens. En s'appuyant sur les développements théoriques récents en économie de travail, nous répondons aux deux grandes questions suivantes : qu'est-ce qui détermine les différentiels régionaux de chômage ? Quel est l'impact du statut résidentiel sur les décisions des travailleurs et sur la performance du marché du travail ? La première partie de la thèse est consacrée à l'exploration de la dimension régionale du marché du travail. Nous montrons que la restriction de la mobilité interrégionale de la main d'oeuvre ainsi que l'hétérogénéité "régionale" des travailleurs expliquent bien le différentiel de chômage entre deux régions presque similaires. Un choc permanent de productivité régionale (simulé) entraîne une réduction du chômage dans la région prospère et une aggravation du chômage dans la région économiquement déprimée. Dans la deuxième partie de la thèse, nous nous intéressons à l'importance du statut résidentiel dans les stratégies d'acceptation des travailleurs. Nous trouvons que les propriétaires immobiliers favorisent les offres d'emploi situées à proximité de leur domicile et pour cause les coûts de transaction très élevés. Ensuite, nous envisageons une économie où les propriétaires ont des durées d'emploi plus longues et des durées de chômage plus courtes que les locataires. Nous trouvons à l'aide d'une simulation numérique appropriée qu'une augmentation de la propriété immobilière améliore la performance du marché du travail.

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0
0
Z